Accueil du site Symbole de l'école Site web de Shanshan, calligraphe Externe Interne Armes traditionnelles

Dynastie des Nguyễn et colonisation française : interdictions de la pratique (1802-1945)

Après la mort pré­ma­tu­rée de Quang Trung en 1792, ses frères, rois du sud et du centre du Vietnam, pren­nent sa suite mais le des­cen­dant des sei­gneurs Nguyễn, Nguyễn Ánh, les dépos­sède du pou­voir en 1802 avec l’aide des Français et se pro­clame empe­reur sous le nom de Gia Long.

Dans la région de Bình Định sont pro­mul­guées des lois inter­di­sant la pra­ti­que des arts mar­tiaux et dans tout le pays le , confronté aux armes moder­nes, tombe peu à peu en désué­tude. Ce phé­no­mène est ren­forcé par le mode de vie de la société indus­tria­li­sée apporté par les Français, qui s’immis­cent de plus en plus dans les affai­res natio­na­les jusqu’à trans­for­mer la Cochinchine (pro­vince du sud) en colo­nie et le Tonkin (nord) et l’Annam (centre) en pro­tec­to­rats, met­tant fin à l’indé­pen­dance du Vietnam. Le est alors frappé d’inter­dic­tion totale pour éviter toute insur­rec­tion mais beau­coup d’écoles conti­nuent à ensei­gner en secret, par­ti­ci­pant ainsi à la résis­tance au colo­nia­lisme.

Vers les années 1940-1950 et la fin de la domi­na­tion fran­çaise, appa­rais­sent des grands mou­ve­ments de ras­sem­ble­ment des écoles de dans toutes les pro­vin­ces, tels que le Võ phái Bắc Hà, le Võ Bình Định, le Tinh võ hội ou le Võ phái Nam Bộ. Le Vovinam Việt võ đạo de Nguyễn Lộc se dif­fé­ren­cie quel­que peu de ces struc­tu­res car c’est au départ une école avant de deve­nir un mou­ve­ment des­tiné à regrou­per tous les arts mar­tiaux sous une même ban­nière dans un but de moder­ni­sa­tion et un aspect plus spor­tif.


2.0.8 | Squelette | Hébergement Free-H.org | xhtml 1.0 valide ?