Accueil du site Symbole de l'école Site web de Shanshan, calligraphe Externe Interne Armes traditionnelles

La domination chinoise (111 av. J.-C. à 938 ap. J.-C.)

La période de près d’un mil­lé­naire qui suit est mar­quée par la domi­na­tion de la Chine sur le Vietnam, malgré quel­ques sou­lè­ve­ments, comme celui des sœurs Trưng et l’exis­tence de quel­ques dynas­ties oppo­sées à l’enva­his­seur, telles les Lý ou les Triệu.

Les Chinois vont s’implan­ter pro­fon­dé­ment dans le pays et en mode­ler les struc­tu­res socia­les, admi­nis­tra­ti­ves et mili­tai­res ainsi qu’en influen­cer for­te­ment la culture. Les phi­lo­so­phies taoïste, confu­cia­niste et boud­dhiste, notam­ment la doc­trine 禪 chán du moine Bodhidharma, s’intè­grent à la vie des Vietnamiens et les arts mar­tiaux chi­nois don­nent nais­sance aux pre­miè­res écoles Thiếu Lâm (viet­na­mien pour 少林 Shàolín). Ce terme dési­gne aujourd’hui les écoles d’ascen­dance chi­noise, qu’elles aient ou pas un rap­port avec Shàolín. Tout au long de l’his­toire, des maî­tres chi­nois s’ins­tal­le­ront au Vietnam et des maî­tres viet­na­miens iront étudier en Chine, nour­ris­sant le Thiếu Lâm, qui est un des cou­rants les plus impor­tant du .

C’est également à cette époque que se for­ment les prin­ci­pes de base du võ :
─ supé­rio­rité des tech­ni­ques rap­pro­chées : dĩ đoản thắng trường ;
─ la sou­plesse contre la force : dĩ nhu chế cương ;
─ prin­cipe des sur­pri­ses : kỷ tập chiến pháp ;
─ le secret des illu­sions : ảo ảnh bí pháp ;
─ esqui­ves sans résis­tance : phản gựt pháp.

Ce sont ces prin­ci­pes qui per­mi­rent aux sol­dats viet­na­miens de résis­ter à des enne­mis plus nom­breux, mieux armés et sou­vent plus grands et de rem­por­ter des vic­toi­res déci­si­ves contre les Chinois et les forces mon­go­les des suc­ces­seurs de Gengis Khan.


2.0.8 | Squelette | Hébergement Free-H.org | xhtml 1.0 valide ?